Web Content Display Web Content Display

  1. Qualification juridique
  • Exceptions
  1. Obligation d'immatriculation et sanctions
  2. Catégories d'inscription
  3. Conditions d'inscription
  • Condition d'honorabilité
  • Condition de capacité professionnelle
  • Condition de responsabilité civile professionnelle
  • Condition de capacité financière
  1. Dispositions particulière (passeport)

 

  1. Qualification juridique

 

En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l'intermédiation en assurance,  l'article L. 511-1 I du Code des assurances qualifie d'intermédiaires les personnes exerçant une activité d'intermédiation en assurance à titre rémunéré.

 

L'activité de l'intermédiation est précisée aux articles L. 511-1 et R. 511-1 du  Code des assurances :

  • « Activité qui consiste à présenter, proposer ou aider à conclure des contrats d'assurances ou de réassurances ou à réaliser d'autres travaux préparatoires à leur conclusion » (art. L. 511-1),
  • « est considéré comme présentation, proposition ou aide à la conclusion d'une opération d'assurance, le fait pour toute personne physique ou morale de solliciter ou de recueillir la souscription d'un contrat ou l'adhésion à tel contrat ou d'exposer oralement ou par écrit à un souscripteur ou un adhérent éventuel, en vue de cette souscription ou adhésion, les conditions de garantie du contrat » (art. R. 511-1).

 

La gestion, l'estimation ou les règlements de sinistres n'est pas une activité d'intermédiation (article L.511-1 II du Code des assurances).

 

La notion de rémunération est entendue « comme tout versement pécuniaire ou tout autre forme d'avantage économique convenu et lié à la prestation d'intermédiation » (art. R. 511-3 du Code des assurances).

  • Exceptions

L'article L. 511-1 II du Code des assurances exclut les entreprises d'assurance ou de réassurance, ainsi que leurs salariés, de la qualification d'intermédiaire. La notion d'entreprise d'assurance est entendue dans son acception européenne et recouvre :

  • Les entreprises mentionnées à l'article L. 310-2 du Code des assurances,
  • Les mutuelles ou unions du livre II du Code de la mutualité,
  • Les institutions de prévoyance ou unions régies par le Livre IX du Code de la sécurité sociale,
  • Les institutions régies par le Code rural.

 

Ce même article renvoie à l'article R. 513-1 qui exclut de la qualification d'intermédiaire en assurance les personnes offrant des services d'intermédiation en assurance de manière accessoire à leur activité professionnelle principale, ainsi que leurs salariés, lorsque les contrats d'assurance répondent à l'ensemble des caractéristiques suivantes:

  • Requérir uniquement une connaissance de la couverture offerte,
  •  
  • Ne pas être un contrat d'assurance vie,
  • Ne pas comporter de couverture de la responsabilité civile,
  • Constituer un complément à un produit ou service et couvrir :

- Soit le risque de mauvais fonctionnement, de perte, y compris le vol, ou d'endommagement des biens,

- Soit l'endommagement ou la perte, y compris le vol de bagages et les autres risques liés à un voyage même si l'assurance couvre la vie ou la responsabilité civile, à la condition que cette couverture soit accessoire à la couverture principale relative aux risques liés à ce voyage,

Requérir une prime annuelle ne dépassant pas 500 euros et d'une durée totale, reconductions éventuelles comprises, inférieure à cinq ans.

Les indicateurs  sont des personnes « dont le rôle se borne à mettre en relation l'assuré et l'assureur, ou l'assuré et l'un des intermédiaires, ou à signaler l'un à l'autre ». Cette mise en relation ne constitue pas une activité d'intermédiation dans la mesure où l'indicateur ne présente, ne propose et n'explique pas les contrats d'assurances. Les indicateurs ne sont, par conséquent, pas soumis aux obligations professionnelles des intermédiaires même si les rétrocessions de commissions leur sont expressément autorisées.

  1. Obligation d'immatriculation et sanction

 

L'article L. 512-1 du Code des assurances établit le caractère obligatoire de l'inscription au Registre des Intermédiaires conformément aux prescriptions de la directive précitée.

 

Cette obligation d'inscription est soutenue par l'article L. 512-2 qui institue une obligation pour les entreprises d'assurance de ne recourir qu'à des intermédiaires immatriculés sur le Registre des Intermédiaires, ou autorisés à exercer en France par voie de libre établissement ou de libre prestation de service.

 

Au surplus, indépendamment des sanctions administratives, des sanctions pénales sont prévues. Pour une infraction aux dispositions relatives à l'obligation d'immatriculation ou aux conditions d'accès et d'exercice, l'article L.  514-1 prévoit une peine d'emprisonnement de deux ans et/ou une amende de 6 000 euros. Le fait de présenter ou de faire souscrire des contrats, pour le compte d'entreprises d'assurance non habilitées à pratiquer les opérations correspondantes en France, est passible d'une amende de 3 000 euros et, en cas de récidive, d'un emprisonnement de six mois en vertu de l'article L. 514-2.

 

  1. Catégories d'inscription

 

Il a été décidé, comme le permet le cadre communautaire, d'instituer des catégories d'inscription spécifiques. Ainsi l'article R. 511-2 du Code des assurances  définit quatre catégories d'inscription :

  • La catégorie des Courtiers en assurance et en réassurance[1], personnes physiques et sociétés immatriculées au Registre du commerce pour l'activité de courtage d'assurances exerçant leur activité en fondant ou non leur analyse sur un nombre suffisant de contrats d'assurance offerts sur le marché ;
  • La catégorie des Agents généraux d'assurance, personnes physiques ou morales titulaires d'un mandat d'agent général d'assurance, soumises à une obligation contractuelle de travailler exclusivement avec une ou plusieurs entreprises d'assurance ;
  • La catégorie des Mandataires d'assurance, personnes physiques non salariées et personnes morales autres que les agents généraux d'assurance, titulaires d'un mandat d'une entreprise d'assurance :
    • soit soumises à une obligation contractuelle de travailler exclusivement avec une ou plusieurs entreprises d'assurance ;
    • soit non soumises à une obligation contractuelle de travailler exclusivement avec une ou plusieurs entreprises d'assurance mais ne fondant pas leur analyse sur un nombre suffisant de contrats d'assurance offerts sur le marché, conformément à l'article L. 550-1 du code des assurances ;
  • La catégorie des Mandataires d'intermédiaires d'assurance, personnes physiques non salariées et personnes morales titulaires d'un mandat d'un intermédiaire inscrit dans l'une des trois catégories précitées.

 

L'article L. 550-1 du Code des assurances prévoit que ces «  mandataires d'assurances liés » qui exercent leur activité au nom et pour le compte d'une seule entreprise d'assurance et sous son entière responsabilité et ne peuvent percevoir ni les primes ni les sommes destinées aux clients. Il est précisé que le contrôle des conditions d'inscription et d'exercice de l'activité d'intermédiation des mandataires liés est à la charge de l'entreprise d'assurance mandante qui les a immatriculés.

 

4. Conditions d'inscription

 

Les entreprises d'assurance et intermédiaires mandants peuvent effectuer les démarches pour le compte de leurs agents ou mandataires.

 

  1. Condition d'honorabilité,

Les intermédiaires personnes physiques et les dirigeants, gérants et délégués à l'activité d'intermédiation des intermédiaires personnes morales sont soumis à une condition d'honorabilité prescrite par l'article R. 514-1 du Code des assurances. L'honorabilité des intermédiaires s'apprécie au regard des  condamnations définitives pour les crimes et délits précisés à l'article L. 322-2 du Code des assurances.

 

  1. Condition de capacité professionnelle

 

Les intermédiaires personnes physiques, les dirigeants des personnes morales ou les délégués des personnes morales pratiquant l'intermédiation à titre accessoire doivent répondre à une condition de capacité professionnelle graduée selon la catégorie et le type de contrat d'assurance distribué.

  • Pour toute inscription dans la catégorie Courtier ou Agent général d'assurance et pour toute inscription d'un établissement de crédit, la ou les personnes physiques visées doivent justifier d'une capacité professionnelle dite « de niveau 1 ».
  • Pour toute inscription dans la catégorie Mandataire d'assurance et Mandataire d'intermédiaire d'assurance, la ou les personnes physiques doivent justifier d'une capacité professionnelle dite «  de niveau II »,
  • Pour toute inscription dans la catégorie Mandataire d'assurance et Mandataire d'intermédiaire d'assurance avec un exercice de l'activité d'intermédiation en assurance à titre accessoire et la distribution de contrat d'assurance constituant un complément à un produit ou au service vendu et ne comportant pas de couverture de responsabilité civile, la ou les personnes visées doivent justifier d'un niveau de capacité professionnelle dite « de niveau III ».

 

Détermination du niveau de capacité professionnelle - IAS

 

Principe

Exception : Activité d'IAS à titre accessoire et distribution de contrat d'assurance (ne comportant pas de garanties de RC) en complément de la vente d'un bien ou service

Courtier en assurance

 

 

 

 

Niveau I- IAS

Agent général d'assurance

 

Etablissement de crédit (quelle que soit la catégorie d'inscription)

Mandataire d'assurance

 

 

 

Niveau II-IAS

 

 

Niveau III-IAS

Mandataire d'intermédiaire d'assurance

 

 

 

Le « niveau I - IAS» peut être justifié par trois voies :

  • La possession d'un livret de stage de niveau I (150 heures minimum au sein d'une entreprise d'assurance, d'un organisme de formation, d'un courtier ou d'un agent),
  • Une expérience professionnelle de deux ans comme cadre ou quatre ans comme salarié ou non salarié (ex : TNS) sur des fonctions de production ou de gestion de contrats d'assurance ou de capitalisation dans une entreprise d'assurance, auprès d'un courtier, d'un agent ou d'un établissement de crédit,
  • La possession d'un diplôme, titre ou certificat  mentionné sur une liste fixée par l'article A. 512-6 du Code des assurances.

 

Le « niveau II - IAS» peut être justifié par trois voies :

  • La possession d'un livret de stage de niveau II (150 heures minimum au sein d'une entreprise d'assurance, d'un organisme de formation ou d'un intermédiaire),
  • Une expérience professionnelle d'un an comme cadre ou deux ans comme salarié ou non salarié (ex : TNS) sur des fonctions de production ou de gestion de contrats d'assurance ou de capitalisation dans une entreprise d'assurance ou auprès d'un intermédiaire,
  • La possession d'un diplôme, titre ou certificat  mentionné sur une liste fixée par l'article A. 512-6 et A. 512-7 du Code des assurances.

 

Le « niveau III - IAS » peut être justifié par trois voies :

  • Le suivi d'un stage de formation conforme à l'article R. 512-2, à savoir « une formation d'une durée raisonnable, adaptée aux produits et contrats « présentés ou proposés »,
  • Une expérience professionnelle salarié ou non salarié (ex : TNS) de six mois sur des fonctions de production ou de gestion de contrats d'assurance ou de capitalisation dans une entreprise d'assurance ou auprès d'un intermédiaire,
  • La possession d'un diplôme, titre ou certificat  mentionné sur une liste fixée par l'article A. 512-6 et A. 512-7 du Code des assurances.

 

Afin de faciliter la mise en œuvre de l'arrêté du 18 février 2008 établissant la liste des diplômes, titres ou certificats éligibles (art. A. 512-6 et A. 512-7), l'ORIAS a publié une note détaillée disponible sur www.orias.fr, Rubrique « Espace documentaire».

 

« Qui peut le plus peut le moins »

L'exigence de capacité professionnelle doit porter sur le niveau de plus élevé.

 

Niveau I- IAS

Niveau II- IAS

Niveau III- IAS

Formation et programme

Stage de 150 heures minimum au sein d'une entreprise d'assurance, d'un organisme de formation,

d'un intermédiaire

Stage de 150 heures minimum au sein d'une entreprise d'assurance, d'un organisme de formation,

d'un intermédiaire

Une durée raisonnable adaptée aux produits et contrats présentés

Expérience professionnelle sur des fonctions de production ou de gestion de contrats d'assurance ou de capitalisation

 2 ans comme cadre ou

4 ans comme salarié ou non salarié (ex : TNS)

1 an comme cadre ou

2 ans comme salarié ou non salarié (ex : TNS)

6 mois comme salarié ou non salarié (ex : TNS)

Diplômes, Titre ou certificat[2]

Master

Licence inscrit au RNCP – Banque, Assurances finances, Immobilier (313)

CQP inscrit au RNCP– Banque, Assurances finances, Immobilier (313)

Master

Licence ou BTS inscrit au RNCP – Banque, Assurances finances, Immobilier (313)

 

CQP inscrit au RNCP– Banque, Assurances finances, Immobilier (313)

 

 

Les programmes minimaux de formation des IAS de niveaux I et II, en application des articles R. 512-9 et R. 512-10 du Code des assurances, sont précisés par l'arrêté du 11 juillet 2008. 

 

Durée et programme de formation

Niveau I – IAS

Niveau II – IAS

Niveau III- IAS

Durée minimum de 150 heures

 

 

Formation d'une durée raisonnable adaptée aux produits et contrats « présentés ou proposés »

Acquisition des connaissances des 5 unités visées au programme

Acquisition des connaissances  d'au moins 3 des 4 unités dont obligatoirement :

 - l'unité 1 relative aux savoirs généraux

- l'unité 2 relative aux assurances de personnes[3].

                           

Passage du Niveau I au Niveau II :

Acquisition des connaissances manquantes            

Contrôle des compétences acquises à l'issue du stage

Livret de stage, signé des personnes auprès desquelles le stage a été effectué, comportant en annexe le contrôle des compétences

 

Attestation de formation signée du responsable de formation

 

 

  1. Condition de responsabilité civile professionnelle (assurance ou activité exercée sous l'entière responsabilité d'un mandant)

 

Les intermédiaires doivent être en mesure de justifier d'une couverture d'assurance en responsabilité civile professionnelle (RCP). Pour une inscription dans la catégorie Courtier, il est nécessaire de produire une attestation d'assurance de RCP originale. Pour les inscriptions dans les autres catégories, sur la base de l'article L. 511-1 du Code des assurances par renvoi à l'article 1384 du Code civil, le mandant est civilement responsable du dommage causé par la faute, l'imprudence ou la négligence de ses mandataires. Pour les inscriptions dans les catégories Agent général, Mandataire d'assurance et Mandataire d'intermédiaire d'assurance, une attestation de mandat dûment renseignée permet de satisfaire à cette condition.

 

  1. Condition de capacité financière (garantie financière ou activité exercée sous l'entière responsabilité d'un mandant).

 

Les intermédiaires qui encaissent des fonds destinés à être versés même occasionnellement[4], soit à une entreprise d'assurance, soit à des assurés, doivent souscrire une garantie financière affectée au remboursement de ces fonds sauf si l'intermédiaire a reçu d'une entreprise d'assurance un mandat écrit le chargeant expressément de l'encaissement de primes ou cotisations et éventuellement de règlement de sinistres[5]. Pour une inscription dans la catégorie courtier ou mandataire d'intermédiaire d'assurances, au terme des articles R. 511-2 1° et 4°, il est nécessaire de disposer de cette garantie même s'il est couvert par un ou plusieurs mandats d'encaissement émanant d'une entreprise d'assurance, a contrario, les mandataires d'assurances et les agents généraux disposant d'un mandat d'encaissement sont quant à eux exonérés de cette obligation.

 

L'article A.512-5 fixe le montant minimal de la garantie financière à 115.000 euros.

 

Les intermédiaires qui n'encaissent pas de fonds ne sont donc pas soumis à cette obligation.

 

5. Dispositions particulières (Passeport européen)

 

La réglementation de l'intermédiation en assurance s'inscrit dans le cadre de la directive européenne du 9 décembre 2002 sur l'intermédiation en assurance.

 

L'article 6 de cette directive établit le principe du passeport européen autorisant un intermédiaire inscrit sur un Registre de l'un des pays de l'Espace Economique Européen (EEE) à exercer dans un autre pays sous le régime de libre prestation de services (LPS) ou de libre établissement (LE).

 

Les intermédiaires inscrits au Registre des Intermédiaires en Assurance informent l'ORIAS de leur intention d'exercer en LPS ou en LE dans tel ou tel pays de l'EEE.

 

L'ORIAS notifie cette intention à son homologue du pays cible. Dans un délai d'un mois, à compter de l'information relative à l'envoi de ladite notification, l'intermédiaire est autorisé à exercer dans le pays concerné.

 

Parallèlement, les intermédiaires recensés dans un registre de l'EEE peuvent exercer en France par voie de notification.

 

Toutefois, s'agissant de l'exercice en LE pour les intermédiaires français ou les intermédiaires membres de l'EEE, il est nécessaire de communiquer à la demande de notification, une adresse et le nom du responsable de l'activité d'intermédiation dans le pays visé. 



[1] Le « courtier » ne peut être soumis à une obligation de travailler exclusivement avec une ou plusieurs entreprises d'assurance.

[2] Annexe 4- Tableau récapitulatif de la mise en œuvre de la justification de la capacité professionnelle par voie de diplôme

[3] Incapacité – invalidité – décès - dépendance - santé

[4] CA Paris 3 juin 2009 n°08/19281

[5] L. 512-7 du Code des assurances